Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Dosimétrie du cristallin

En avril 2011, la CIPR avait publié une déclaration en faveur d’une réduction de la limite de dose équivalente au cristallin pour les travailleurs. Ces nouvelles valeurs limites ont depuis été retenues dans la récente directive BSS 2013-59-Euratom.

En prévision de la transposition de cette nouvelle disposition, l’ASN avait demandé l’avis de l’IRSN sur les bonnes pratiques attendues en matière de radioprotection des travailleurs, en particulier dans le cadre de la radiologie interventionnelle et des blocs opératoires où sont réalisés des actes interventionnels.

L’IRSN vient de rendre public son rapport dans lequel elle formule ses recommandations. Sur ce même lien, il est également possible de consulter un dossier IRSN sur la protection du cristallin.

 

 

Et aussi ....

Communiqué de Presse

Le Groupe d'Etudes sur la DOsimétrie Cristallin (GEDOC) présente trois posters scientifiques autour de l'étude de la dosimétrie à l'orbite.

 

Fontenay-aux-Roses, le 11 juillet 2013, LANDAUER, leader mondial en dosimétrie passive, annonce qu'à l'occasion du 9ème congrès de la radioprotection organisé du 11 au 13 juin 2013 à Bordeaux par la SFRP (Société Française de RadioProtection), le GEDOC (Groupe d'Etudes sur la Dosimétrie Cristallin) a présenté trois posters scientifiques autour de l'étude de la dosimétrie à l'orbite.

 

L'un des ces posters, consacré à l'étude de la dosimétrie à l'orbite en radiologie interventionnelle, a d'ailleurs été récompensé du « Prix du meilleur poster » du 9ème Congrès de la SFRP (Société Française de RadioProtection) pour féliciter de la pertinence du travail mené sur un sujet d'actualité, tel que le cristallin. Ce poster a été présenté par le Dr Jean-Gabriel Mozziconacci, CH de Bourges, Sébastien Balduyck, CHRU de Toulouse, Christophe Tourneux, CHRU de Reims, Saïd Ouabdelkader, APHP Antoine Béclère - APCRAP (Association des personnes compétentes en Radioprotection de l'Assistance Publique) et tous les membres du groupe GEDOC et les sociétés partenaires (LANDAUER EUROPE, Promega).  

Selon les auteurs : « Le risque de cataracte ayant été bien objectivé lors de différentes études épidémiologiques et la limite d'exposition devant être ramenée de 150 à 20 mSv/an, il  apparaît essentiel de développer une méthodologie de mesure de la dose reçue à l'orbite, utilisable facilement dans le cadre d'études de poste, puis ultérieurement en routine clinique. Des mesures de l'efficacité des EPI (équipement de protection individuel) paraissent également intéressantes. »

Les auteurs soulignent également dans leur conclusion la faisabilité d'une dosimétrie à l'orbite. L'extrapolation à l'année permet d'apprécier la marge disponible par rapport à la limite des doses au cristallin, les possibles  dépassements dans le cas d'une nouvelle limitation et de mettre en œuvre des actions correctives. La protection apportée par les lunettes plombées a été appréciée dans des conditions statiques (sur fantôme) et in vivo. L'utilisation en suivi dosimétrique pérenne est donc préconisée pour les opérateurs les plus exposés et, en particulier dans le domaine médical, les actes interventionnels guidés sous rayonnements ionisants.

Pour mémoire, le GEDOC (Groupe d'Etudes sur la Dosimétrie Cristallin) initié en septembre 2012, rassemble une vingtaine de membres des domaines médical et nucléaire, chargés de rechercher et d'évaluer les méthodes de mesures utilisables dans le cadre d'études de poste pour anticiper l'application de la nouvelle limite au cristallin (lentille optique de l'œil) proposée en avril 2011 par la Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR). Celle-ci suggère en effet, d'abaisser la dose admissible par le cristallin en prenant comme seuil la valeur de 20 mSv par an, avec possibilité de la moyenner sur 5 ans, sans dépasser 50 mSv par an. Cette évolution représente un changement significatif eu égard à la limite réglementaire annuelle de dose qui est actuellement de 150 mSv.

A cet effet, le GEDOC a notamment créé 10 groupes d'étude et effectué 800 mesures en six mois (dont 80% de résultats positifs), suivi de plus de 100 heures d'analyse. Le GEDOC donnera lieu à un rapport d'études qui sera présenté courant novembre 2013.

Les trois posters peuvent être téléchargés aux adresses suivantes :

Etude de la dosimétrie à l'orbite en radiologie interventionnelle

Etude de la dosimétrie à l'orbite en radiologie interventionnelle et scanographie interventionnelle

Étude de la dosimétrie à l'orbite

Site web

 

Informations supplémentaires

Flux du site